croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Prévention santé et environnement

Prévention, santé et environnement : pour une vision positive de la santé, mieux vaut prévenir que guérir

1 novembre 2016

Les Français se portent globalement bien. L’espérance de vie est élevée. Les femmes vivent en moyenne 85 ans et les hommes 79 ans. Mais de nombreuses disparités persistent que ce soit entre les sexes, entre les régions ou les catégories sociales. Pour mieux prévenir les maladies, prolonger la vie, améliorer la santé physique mais aussi mentale de chacun, les leviers sont encore nombreux tant au niveau préventif, curatif, éducatif, social ou encore économique. Ce sont tous les enjeux de la prévention.

Mieux prendre en compte l’impact de l’environnement sur notre santé, lutter contre les addictions, faire de la prévention pour éviter les comportements ou les consommations à risque, améliorer la prise en charge et la qualité de vie des personnes âgées : les leviers d’action sont nombreux pour faire de la santé, comme le définit l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « un état de complet bien-être physique, mental et social, et pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité ».

Les enjeux de la prévention, c’est agir avant, pendant et après la maladie

La prévention, un concept complexe

La prévention se décline en trois niveaux d’intervention.

  • La prévention primaire : réduire le risque d’apparition d’une maladie au sein de la population par des mesures de prévention individuelle et collective : hygiène corporelle, alimentation, activité physique, élimination des déchets, vaccination, hygiène de l’habitat…
  • La prévention secondaire : diminuer la prévalence d’une maladie via notamment les dépistages ou les traitements précoces : mammographie, test immunologique pour le cancer colorectal…
  • La prévention tertiaire : diminuer les récidives et limiter l’impact des problèmes de santé sur la vie par des actes notamment de réadaptation, d’éducation thérapeutique pour une prise en charge active de la maladie, de ses soins et de sa surveillance : exemple du patient diabétique.

Il est primordial de prendre en compte les facteurs personnels, son milieu de vie et son environnement global.

Pour un modèle écologique de la santé, une vision globale de la santé.

Le modèle écologique englobe toute une série de données qui permettent de mieux cerner ce qui détermine et impacte la vie d’une personne. Pour agir sur la santé individuelle, il est primordial de prendre en compte les facteurs personnels (alimentation, hygiène, activité physique, hérédité, comportements à risque…), son milieu de vie (habitat, scolarité, travail…) et son environnement global (bruit, qualité de l’air et de l’eau, espaces verts…).

De gros progrès restent à faire pour promouvoir la santé et améliorer notre système. Quels sont les grands chantiers d’aujourd’hui et de demain ?

Pour chaque étape de la vie, des axes de prévention sont à développer.

De la vie in utero à la vieillesse, il est possible d’agir sur toute la trajectoire de vie des personnes et sur tous les maux qui peuvent jalonner celle-ci :

  • Grossesse : contraception, grossesses à risque, affection congénitale, risque du tabac et de l’alcool durant la grossesse…
  • Enfant : mortalité infantile, santé bucco-dentaire, surpoids et obésité, allergies, vaccins…
  • Adulte : accidents vasculaires cérébraux (AVC), atteintes de l’audition, trouble de la vision, accidents de la route, suicide…
  • Personnes âgées : maladie d’Alzheimer et autres affections de longue durée, ostéoporose…

Partager sur les réseaux sociaux