croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Maintien de l'autonomie

Quatre leviers pour faciliter le maintien de l’autonomie demain

10 février 2017

Les leviers sont nombreux pour anticiper dès maintenant le développement du maintien de l'autonomie. Parmi eux, quatre paraissent prioritaires : l’environnement familial et social, les structures et réseaux de soins, l’habitat et la mobilité, la prévention.

Le soutien de l’environnement familial et social, le développement de structures et réseaux de soins, l’adaptation du domicile et la prévention sont les quatre axes prioritaires au maintien de l’autonomie de demain.

L’environnement familial et social
Les aidants constituent souvent une des conditions indispensables au maintien à domicile des personnes dépendantes. Il est donc nécessaire de renforcer leurs soutien, en définissant plus clairement le statut de l’aidant, et en développant des outils et moyens pour les aider. Ex : Information et accompagnement, lieux de répits…

Les structures et réseaux de soins
Les structures et réseaux de soins, souvent complémentaires à un maintien à domicile, pourraient également être développées et mieux coordonnées  : Paerpa (personnes âgées en risque de perte d’autonomie), Maia (méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie), Clic (centre local d’information et de coordination).
Il en est de même pour toutes les solutions permettant de conserver du lien social pour les personnes dépendantes, et d’éviter le déracinement. Ex : les petites unités de vie.
De même, il conviendrait de mettre en place des financements pérennes pour les structures de type « accueil de jour ».

L’habitat et la mobilité
Des solutions d’adaptation du domicile existent mais restent encore insuffisantes au vu du besoin grandissant et des délais d’attribution. Il conviendrait de revoir les modalités d’allocation des aides techniques, pour aboutir à une procédure d’attribution plus rapide, souple et simple, ou encore de développer la mobilisation d’ergothérapeutes à domicile, pour adapter au mieux les aides.
Le maintien de l’autonomie passe aussi par la possibilité de se déplacer pour les personnes âgées. Des solutions de transport commencent à voir le jour, mais sont encore trop peu nombreuses pour répondre au besoin grandissant.

La prévention
La prévention et la promotion de la santé sont également un vecteur encore trop peu pris en compte pour faire passer les messages clé afin de préserver la santé des personnes âgées et de leur éviter la rupture.

Marie Yeu
Directrice de la Mutualité Française Bretagne