croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Accès aux soins

Lutte contre les déserts médicaux : une priorité pour les Français

29 mars 2017

L'étude "Les Français et la santé" réalisée par Opinion Way dresse les priorités des Français en matière de santé au regard de l'élection présidentielle. Parmi celles-ci figure notamment la lutte contre les déserts médicaux, l'accompagnement lié à la dépendance ou encore les comptes de la Sécurité sociale.

Si plus de huit Français sur dix (81%) se déclarent satisfaits de la qualité de notre système de santé, près d’un Français sur deux déclare avoir déjà renoncé à se faire soigner. C’est le constat que dresse l’étude « Les Français et la santé » réalisée en février 2017 par Opinion Way pour le cabinet Deloitte. Parmi les premières causes de renoncement figure le coût excessif des soins (48% des cas de renoncement), les délais trop importants pour l’obtention d’un rendez-vous auprès d’un praticien (45% des renoncements), ainsi que l’éloignement géographique (cité à hauteur de 25% et jusqu’à 35% pour les personnes vivant en milieu rural).

A ce titre, 88% des répondants estiment que la lutte contre les déserts médicaux devrait figurer parmi les priorités des candidats à l’élection présidentielle en matière de santé. Parmi les propositions d’amélioration, les Français soutiennent à 88% l’idée de contraindre l’installation des médecins. Par ailleurs, 71% des sondés se déclarent favorables à l’ouverture du numerus clausus.

Autre sujet de préoccupation : le vieillissement et la prise en charge de la dépendance. Ainsi, près de neuf Français sur dix estiment (89%) qu’il est « primordial » ou « important » d’améliorer l’accompagnement des personnes dépendantes.

Par ailleurs, 82% des personnes interrogées souhaitent retrouver un équilibre des comptes de la Sécurité sociale.

Un autre volet de cette étude concerne les attentes des Français vis-à-vis de leur complémentaire. Ainsi, 92% des Français souhaitent un renforcement des remboursements et 84% attendent aussi leur complémentaire sur la prévention et notamment l’accompagnement au bien-vivre et au bien-vieillir.

Retrouvez l’ensemble de cette étude sur le site

Partager sur les réseaux sociaux