croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Médicament

Hépatite C : baisse du prix des médicaments innovants

26 décembre 2016

Un laboratoire américain lance un médicament contre le virus de l’hépatite C moins cher que les traitements existants. L’arrivée en 2014 d’une nouvelle classe thérapeutique contre cette infection chronique a suscité un vaste débat sur l’accès aux traitements innovants et coûteux.

Le Zepatier®, qui associe les molécules d’elbasvir et de grazoprévir, coûtera 28.732 euros pour trois mois de traitement de l’hépatite C. Cela reste très cher, mais beaucoup moins que le Harvoni® (lédipasvir et sofosbuvir) le médicament du laboratoire Gilead, facturé 46.000 euros. 

Ces deux médicaments appartiennent à une nouvelle classe thérapeutique contre le virus de l’hépatite C, apparue en France en 2014. Ils sont désignés sous le nom des AAD : les antiviraux d’action directe. Ils peuvent être considérés comme révolutionnaires. En effet, ils guérissent, quasiment sans effet secondaire, en douze ou huit semaines, environ 70% des malades souffrant d’hépatite C.

En France, ce sont environ 30.000 personnes qui depuis 2014 ont été traitées au moyen de ces traitements spécifiques, indique le site www.francetvinfo.fr. Au total, on estime à plus de 200.000 le nombre de personnes porteuses du virus de l’hépatite C dans l’Hexagone. Cette infection est souvent asymptomatique. Mais peut entraîner des hépatites chroniques susceptibles d’évoluer, à terme, vers une cirrhose ou un cancer du foie, rappelle-t-on.

La ministre de la Santé avait annoncé en mai 2016 que toutes les personnes infectées par l’hépatite C, même celles ne présentant pas de symptômes, pourraient bientôt accéder à ces traitements très coûteux.

L’intensification de la concurrence accélère l’ « accès universel » à ces médicaments. Ainsi, la Haute Autorité de santé (HAS) a approuvé le 12 décembre 2016 l’accès généralisé aux traitements. Le but est de ralentir l’évolution de la maladie chez les personnes concernées. Il est aussi de lutter contre la transmission du virus, surtout liée à l’usage de seringues.

Les dépenses de médicament de l’assurance maladie obligatoire ont baissé entre 2012 et 2014. Elles ont ensuite rebondi en 2015 du seul fait des médicaments contre l’hépatite C, selon un rapport du Sénat. La baisse du prix des traitements apparaît comme une bonne nouvelle pour l’assurance maladie.

Lire l’article intégral

Partager sur les réseaux sociaux