croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Accès aux soins

Des pistes pour réduire les inégalités d’accès aux soins

30 décembre 2016

Voici quelques pistes de réflexions pour réduire drastiquement l'inégalité de l'accès au soins en France.

En premier lieu, la territorialisation de la santé (les nouveaux territoires de santé) décrétée par l’ARS peut permettre d’analyser plus finement la situation des déserts médicaux qu’ils soient ruraux ou urbains. Les conseils de territoires de santé pourront apporter une réponse à un secteur dépourvu de médecin généraliste ou à un secteur dans lequel il y a bien des médecins (y compris des spécialistes) mais pratiquant des dépassements de tarifs excluant de fait une partie de la population.

Par ailleurs, la révision du numérus clausus semble être une piste incontournable. De même que le développement et l’encadrement de la délégation des tâches à l’exemple des ophtalmologues et des orthoptistes. Il faudrait également développer l’expérimentation/l’utilisation des nouvelles technologies (cabines de téléconsultation) en veillant à réduire (supprimer) en amont la fracture numérique sur le territoire national.

Il faudra légiférer pour interdire les conflits d’intérêts dans les conseils scientifiques.

Il faut également favoriser l’exercice de médecine de groupe en Maisons de santé ou en centres de santé et avoir une action résolue en direction des laboratoires fabricants de médicaments pour payer au plus « juste prix » (en prenant en compte les coûts liés à la recherche) les nouveaux traitements.

Il faudra aussi légiférer pour interdire les conflits d’intérêts dans les conseils scientifiques et exclure de ces conseils les membres pouvant être suspectés de conflits d’intérêts. Dans ce sens, il faudra veiller à ce que le (la) futur ministre de la santé n’ait aucun lien direct ou indirect avec le monde de la santé.

Il faut toujours plus augmenter la part des médicaments génériques. D’autres mesures, comme l’annonce par la ministre de la santé d’une augmentation des tarifs des soins dentaires conservateurs et un plafonnement des tarifs des prothèses dentaires, semblent représenter une piste intéressante à étudier.  Dans le même ordre d’idée, une augmentation du remboursement des équipements d’optique et d’audioprothèse assortis d’un contrôle par l’AMO (assurance maladie obligatoire) et/ou l’AMC (assurance maladie complémentaire) serait de nature à «moraliser» ces secteurs.

 

Pierre Mattei

Président de l’union régionale Mutualité Française de Corse